Gravure et fabrication d’un plateau de TOC en contreplaqué

De fablabo



...

TOC 01.JPG

Contributeur·ice·s

Statut du projet

Fonctionnel

Statut de la publication

Brouillon

License

CC-by-sa-3.0 - Creative Commons Attribution CC-by-sa-3.0 France

Inspiration

Lien




Les spécialistes sont formels, l’origine géographique et historique du jeu de Toc reste aujourd’hui la un des plus grands mystères de l’histoire de l’humanité. Alors que les canadiens francophones affirment que des explorateurs vikings débarquèrent le Toc sur le Nouveau Continent dès le VIIIe siècle, les Vendéens rétorquent que ce serait en fait des navigateurs Poitevins qui, après avoir appris à jouer dans une taverne de Fontenay-le-Compte, importèrent cette pratique lors de la colonisation du Québec par la flotte de Samuel Champlain au XVIIIe siècle. Sur ce les Mayennais répondent qu’ils connaissaient le jeu bien avant l’invention de la pèche à la morue, et du coup ce sont les Bretons qui s’y mettent en affirmant que dans les deux cas, pêche à la morue comme jeu de Toc, ils ont toujours été pionniers en la matière. Dans tout cela, plus personne ne sait vraiment s'il faut écrire "Toc", ou "Tok" ou bien les deux.

Dans tous les cas, une seule chose reste certaine, si vous envisagez une rupture amoureuse accélérée, si vous souhaitez couper les ponts avec votre famille ou encore prendre une distance radicale avec des amis que vous n’aimez plus trop, ce jeu est fait pour vous ! Le principe est plus ou moins celui des petits chevaux, mais augmenté d'un jeu de cartes vous permettant d'avancer vos pions, d'aider ses compagnons, de bloquer ses adversaires, de faire revenir au point de départ ceux qui n’ont rien demandé ou encore d’obliger vos ennemis à manger leurs propres alliés... bref les coups les plus odieux et les trahisons les plus perverses sont autorisées pour arriver à vos fins.

Le jeu se pratique toujours par équipe de deux, soit à quatre joueurs, soit à six joueurs. Je vous propose donc ici de réaliser un plateau recto-verso pour les deux situations dans un panneau de contreplaqué de 15mm d’épaisseur. Si vous voulez apprendre les règles, ou vous entraîner à jouer en ligne, vous pouvez faire un tour par ici : http://www.toc-en-ligne.fr/

Dimensions du plateau

Le plateau a été réalisé à partir d’un panneau de contre-plaqué en peuplier de 400x400x15mm. Vous êtes bien-sûr libre d’adapter les dimensions du plateau en fonction de vos envies. La seule dimension que je vous conseille de respecter est de garder un espace libre de 100x100mm au milieu du plateau pour pouvoir y poser les cartes.

Création du dessin vectoriel et du Gcode

Afin de s’assurer que le recto-verso du plateau soit bien respecté, il faut bien sûr que l’espace de travail corresponde à la largeur réelle du panneau de bois. Je me suis donc assuré de créer mes deux fichiers au centre d’un carré de 400x400mm. Le contour du plateau est un simple octogone. Les petits ronds me serviront de repères pour ensuite creuser manuellement les emplacements des pions à la défonceuse. Les courbes centrales sont uniquement décoratives. A vous de vous exprimer !

Découpe d’un repère de butée pour gérer le recto-verso

Sur une chute de bois calée en butée au coin inférieur gauche de la machine, j’ai tout d’abord découpé une ligne d’abscisse et d’ordonnée. Cela me fournit alors une règle de butée qui me permet de caler très précisément mon panneau sur le point 0 de la machine (et donc de gérer proprement le recto-verso).

Réglages de la gravure

J’avais choisi pour ma gravure une vitesse F=2500 et une puissance S=60% pour une focale de 15mm. Ce réglage est bien trop puissant ! La première couche du contreplaqué a été complètement découpée et a fini par sauter sur certains détails (notamment dans le corps des chiffres).

Je vous conseille de réduire la puissance et d’augmenter la vitesse pour un prochain essai.

Découpe manuelle et finitions

Les emplacements pour les pions ont été évidés manuellement à la défonceuse avec une fraise à gorge de 10mm (attention à la vitesse de rotation pour éviter les traces de brulure sur le bois).

L’octogone a été découpé à la scie plongeante en suivant les repères de gravure et les bords ont été adoucis avec la défonceuse et une fraise à moulure avec guide.

Un petit coup de ponçage, un petit coup de peinture acrylique dans les trous (résultat moyennement satisfaisant, il y a certainement moyen de trouver plus adapté), un petit coup de vernis incolore satiné, léger re-ponçage, et re-vernis. Le lot de billes colorées a été trouvé sur internet.