TrashPrinter


Fabrication d'une imprimante 3D imprimant à partir de copeaux de plastique

Impression Van Plestik.jpg

Contributeur·ice·s

Statut du projet

Concept

Statut de la publication

Brouillon

License

CC-by-sa-3.0 - Creative Commons Attribution CC-by-sa-3.0 France

Fichiers source

Outils

Ingrédients

Lien




Sommaire

Contexte

La consommation de plastiques sous toutes ses formes prend de plus en plus de place dans nos modes de consommation et nous voyons le résultat à chacune de nos sorties. Ces déchets sont souvent en quantité diffuse et pourraient être réutilisés dans un contexte non industriel afin de créer de nouvelles utilités à ces plastiques.

Projet sur Hackday

Initiatives existantes

https://vanplestik.nl/nl/over-ons/

https://www.facebook.com/greenphenixcuracao/

Une initiative en relation mais passage par l'extrusion de filaments https://www.nedraki.com/

Fabrication

Le principe d'alimentation de la trash printer est une combinaison de l'impression 3D, avec une extrusion directe par l'imprimante. Le principe de l'extrusion est le même que pour la production de filaments (ou de granulés si les filaments sont ensuite découpés) : Extrusion.jpeg

https://hackaday.io/project/166064/gallery#4f586c098403cd358c37e2fc185a19f8

Plan et pièces.png

Matières à tester

PolyPropylène (PP)

  • Bacs à glaces
  • Sachets de gâteaux
  • Pots de fleur (attention aux résidus organiques)

Polystyrène (PS)

  • Calage de matériels informatiques
  • Petits pots de fleur (attention aux résidus organiques)

PolyEthylène Tetraphtalate (PET)

  • Bouteilles de boissons

Shopping list

  • 1 motoréducteur NEMA 23
  • 1 coupleur (12 mm jusqu'à diamétre du foret)
  • 1 Foret à bois dim : 7 1/2" x 9/16"
  • 2 longs écrous de carroserie dim : 1/4" x 20 x 8"
  • 1 coude PVC (feeder)

Temps de travail

Jeudi 7 mai 2020 (en visio pour cause de confinement)

Prise de notes à la volée

Jean-Pierre a fait plusieurs tests de broyage de plastique, avec un moulin à café et et une machine home-made fabriqué à partir d'un hachoir à viande. Il a en stock des vis sans fin (toner de photocopieur) Point bloquant : difficulté de retrouver la finesse d'un extrudeur, cela fait des gros copeaux.

Pour imprimer à partir de plastique, on peut imaginer deux pistes :

  • extrusion en prise directe (trashprinter)
  • création de filament, pour imprimer ensuite sur une imprimante 3D classique

Sur cette vidéo https://vimeo.com/339697423 : Le châssis est costaud. Par rapport à une imprimante à filament, le charriot déplace en plus la réserve de matière (les copeaux ainsi que son contenant, la vis sans fin, la résistance de chauffe...). Le chariot est alourdi, cela peut avoir des conséquences sur la fiabilité de l'impression (perte de précision, décalage). Si on adapte une Asimov en trashprinter, cela devrait à priori fonctionner, la structure de la machine étant robuste.

Piste évoquée : utiliser Sentier battu, en adaptant le charriot.

  • même fonctionnement
  • smoothieboard
  • on utilise le moteur de rotation pour actionner la vis sans fin
  • on rajoute ce qui est nécessaire pour chauffer (résistance

Projet https://fr-ca.facebook.com/greenphenixcuracao/videos/2140249689431249/ Thomas leur envoie un message pour qu'ils nous envoient les plans Interrogations :

  • qualité d'impression ? Le flux de matière est-il homogène ?
  • quelles adaptations à faire sur les profils de slicing ?

Autre point de d'interrogation : Comment et à quel endroit on commence à chauffer ? Proche de la buse ? Dans la réserve de copeaux ? Le long de la vis sans fin ? Un peu partout ? Quelles progressivité du chauffage ? On aura un besoin sûrement beaucoup plus important de chauffage (plus grosse résistance) Faire des test avec des pistolet à colle Est-ce que l'on a des sondes de température ?

creuser la doc hackaday

Prochain temps : Mardi 7 juillet, 14h-21h, pendant l'OPENatelier version étendue