Histoire des Enjeux

De fablabo
Révision datée du 29 novembre 2016 à 17:55 par MOna (discussion | contributions) (→‎Lieu(x): FAB LAB ...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Histoire et enjeux

Historique(s)

Depuis 2011 et le projet FABLAB² http://fablabsquared.org, différents supports présentant le concept des Fablabs ont été réalisés en français.

Voici des documents présentant les fablabs de manière générique :

- Fabien Echeyenne (FING) : http://www.slideshare.net/slidesharefing/tour-dhorizon-des-fab-labs
- Mathilde Berchon (Sculpteo) : http://www.slideshare.net/wcie/wurfing13-fablab-8325647

Origine

À la fin des années 1990, le programme FABLAB est lancé au MIT par Neil Gershenfeld, physicien et informaticien. Son objectif était d'explorer comment le contenu de l'information renvoie à sa représentation physique et comment une communauté peut être rendue plus créative et productive si elle a accès à une technologie. Au début des années 2000, il lance le cours « Comment fabriquer (presque) n'importe quoi» qui aborde davantage les questions d'appropriation sociale des outils de fabrication et propose ainsi une approche originale de la pédagogie par rapport aux cursus étudiants classiques.

Lieu(x): FAB LAB ...

Partant de ce point, s'il s'agit d'identifier les lieux qui de part leurs activités permettent à n'importe quel citoyen d'acquérir par la pratique et l'échange des connaissances ayant attrait aux outils numériques, le spectre s’étend à d'autres formats que la typologie fablab imaginé par le MIT. Nous avons ainsi en France différents espaces d'appropriation des techniques, des savoirs, des outils et des moyens d'expression numériques, dans une dynamique d'éducation populaire, de vulgarisation des connaissances scientifiques, et une démarche de prise de recul sur notre environnement numérique :

- Espaces Numériques : Espace Culturel Multimédia, Point CYB, Espaces Numériques Publics, ...
- Espaces co-working
- ...

Nous nous contenterons pour l'instant de lister les espaces ouverts à la fabrication, réparation, création numérique.

Ressource(s)

HISTORIQUE

- Wikipédia nous parle des Fablab : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fab_lab

PORTAIL

- Portail Brest regroupe quelques liens et flux : http://www.intercoop.info/index.php/FabLab

MONTER UN FABLAB

- Guide de montage d'un Fablab version Nod a : http://nod-a.com/2011/08/guide-de-montage-dun-fablab/
- Version Tree mapping design par JokkoLabs : http://jokkofablab.wordpress.com/%E2%96%B2-fab-labs/

BOOKMARKS

- Des liens que nous partageons sur ce sujet : http://bkmks.cooperativemultimediasolidaire.info/bkmks/tags.php/fablab


CONTEXTE

Fabrication numérique

La fabrication numérique, qui consiste à produire un objet physique à partir d'un fichier numérique, connaît actuellement un essor grandissant et ouvre des perspectives nouvelles en terme de fabrication, de design, d'usages.

Cette "r/évolution" prend notamment de l'importance grâce à l'apparition de machines à bas-coût (imprimante 3D, fraiseuse numérique, découpe laser et vynil, etc.) et grâce à l'accès à de nombreuses ressources sur des plateformes web ouvertes, permettant à "n'importe qui" de fabriquer "n'importe quel objet".

Cela a pour conséquences d'étendre le spectre des créateurs, entrepreneurs, concepteurs, artisans, artistes, citoyens investis dans la conception de produit et de services, dans l'innovation d'usages, dans la réparation, dans la création.

Cette dynamique s'appuie de plus sur de nouveaux lieux et espaces de travail : fablabs, médialabs, hackerspaces, …


Fablab

Un fablab (abréviation de FABrication LABoratory) est un espace physique dédié au prototypage rapide d’objets physiques, "intelligents" ou non. Il s’adresse aux entrepreneurs qui veulent passer plus vite du concept au prototype ; aux designers et aux artistes ; aux étudiants désireux d’expérimenter et d’enrichir leurs connaissances pratiques en électronique, en CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur), en design ; aux bricoleurs du XXIe siècle… Les fablabs labellisés MIT s’inscrivent dans un réseau mondial de plusieurs dizaines de structures, des États-Unis à l’Afghanistan, de la Norvège au Ghana, du Costa Rica aux Pays-Bas... En France, Artilect (Toulouse) et PiNG sont les premiers à avoir été labellisés.

Concrètement, un fablab regroupe un ensemble de machines à commande numérique de niveau professionnel, mais standards et peu coûteuses :

  • une machine à découpe laser capable de produire des structures en 2D et 3D,
  • une machine à sérigraphie qui fabrique des antennes et des circuits flexibles,
  • une fraiseuse à haute résolution pour fabriquer des circuits imprimés et des moules,
  • une autre plus importante pour créer des pièces volumineuses.

On y trouve également des composants électroniques standards ainsi que des outils de programmation associés à des micro-contrôleurs ouverts, peu coûteux et performants (Arduino, RaspberryPI). L’ensemble de ces dispositifs est contrôlé à l’aide de logiciels communs de conception et fabrication assistés par ordinateur.

Un fablab est aussi et surtout un espace favorisant les croisements entre des créateurs de différents domaines, ouvert aux expérimentations et contribuant à la production de nouvelles connaissances, favorisant la circulation des savoir-faire et expériences.

Une charte commune aux Fablabs est là pour garantir ces objectifs : Charte_des_Fablabs


Enjeux

Les évolutions techniques permises par les machines et outils à disposition dans les fablabs soulèvent de nombreuses questions. Des retombées sous différentes formes sont en train de voir le jour : il convient d'accompagner et de s'approprier ces dispositifs technologiques collectivement, et pour/par chaque citoyen.

En effet, il faut souhaiter que l'on puisse voir se développer des idées tant sur des innovations d'usages que sur des projets adaptés aux différents enjeux sociétaux actuels :

  • d'un point de vue économique (économies alternatives, soutien aux initiatives locales, nouveau métier, nouveau mode de production basé sur le peer-to-peer, …),
  • d'un point de vue environnemental (circuit court, respect des matériaux, recyclage, réparation, …)...

Par ailleurs, la culture numérique, et donc les pratiques culturelles de tous, sont largement imprégnées depuis quelques années par le Do It Yourself, le faire-soi-même, l'expérimentation, le retour aux travaux manuels. Ce mouvement s'articule également autour d'une forte dimension de transmission des savoirs, des savoir-faire, notamment à travers les pratiques collectives de documentation souvent portées par la Culture Libre (des logiciels libres en particulier)… et superpose ainsi au sein de territoires apprenants, une société de la connaissance (online) à une forme de pratique (espace physique).

C'est dans cette dynamique multiple que les enjeux portés par les fablabs viennent se développer. PiNG perçoit ici l'importance de rendre accessibles et compréhensibles ces dispositifs techniques au plus grand nombre de personnes, dans une démarche d'éducation populaire et d'utilité sociale ; de proposer un laboratoire ouvert, au croisement des écoles, dans les interstices des formes instituées, articulé sur la Culture Libre, tendant à être un berceau d'innovation sociale, et qui pourrait contribuer au développement d'une économie locale, de valeurs renouvelées, permettre également de rendre visible la créativité individuelle et les dynamiques collectives et construire des nouvelles formes « d'être et de faire ensemble ».

Pour aller plus loin :http://www.revue-reseau-tic.net/20-recommandations-pour,1709.html