CLINOSTATVER

De fablabo
Aller à : navigation, rechercher


PROJET D’UN DISPOSITIF DE MICROGRAVITE POUR L’ETUDE DE Symsagittifera roscoffens

BPS25052018 0001 (2).jpg

Statut du projet

Concept

Statut de la publication

Finalisé

License

Creative Commons Attribution CC-by-sa-3.0 France

Inspiration

S'INTEGRANT DANS LE PROJET ROSCOSMOE PROTOTYPE D’UN CLINOSTAT ET MISE EN VALEUR ARTISTIQUE

Fichiers source

Mission paper 02.pdf

Outils

Ingrédients

Lien




ROSCOSMOE

Roscosmoe a pour but de développer une série d'expériences et de conceptions d'habitats autonomes bio-régénératifs pour évaluer le comportement du ver marin photosymbiotique Symsagittifera roscoffensis dans divers environnements gravitationnels, y compris en conditions de gravité zéro. Le projet interdisciplinaire Roscosmoe vise à étudier le potentiel de la biodiversité terrestre et marine dans le champ de la recherche spatiale. Il relie les domaines de la biologie marine, du design, de l’open hardware, de l’anthropologie des sciences et de l'art intermédia.


Le rythme des marées est une manifestation gravitationnelle qui résulte des cycles lunaires. Les espèces qui habitent cette zone à l’interface entre la mer et la terre ont développé des adaptations qui nous éclairent sur les comportements dans des environnements fluctuants hyper-variables (life at the edges).

Le projet Roscosmoe emmène en voyage le Symsagittifera roscoffensis, un ver marin du littoral breton, un « animal-plante » de 3 à 4 mm de long, dont le mode de vie stimule la curiosité de la recherche en biologie. C’est en effet l'activité photosynthétique des micro-algues, qu’il héberge sous son épiderme, qui lui fournit l'essentiel de ses apports nutritifs. Ce partenariat est appelé photosymbiose, de photo « lumière » et symbiose « qui vit avec ». Ces animaux marins photosynthétiques vivent en colonies sur la zone de balancement des marées sur le littoral atlantique.

La biologie de S. roscoffensis fait de cette espèce marine un modèle potentiel pour la mise au point de systèmes de vie autonomes bio-régénératifs appliqués à la recherche spatiale : production d’oxygène, recyclage du CO2 et des déchets du métabolisme azoté de l’animal par les micro-algues hébergées, capacités régénératives des tissus (dont le cerveau), autonomie énergétique (« photosynthèse embarquée »). C’est la maîtrise du cycle de vie en laboratoire à la Station Biologique de Roscoff (Finistère) qui permet aujourd’hui d’envisager la conception de protocoles de recherche impliquant ce modèle marin dans le domaine spatial.

Le projet OPEN CLINOSAT vise à développer un clinostat open hardware comme étape pour étudier le comportement de Roscoffensis adultes dans un environnement de microgravité simulée. Le projet OPEN CLINOSTAT est développé au fablab Plateforme C avec les membres de l’association Ping et le soutien de l’initiative Fédération – Open Space Makers et du CNES.

Le développement du clinostat se déroule en parallèle du design d’un module autonome dont l’objectif est de maintenir à long terme les conditions écologiques en circuit fermé d’une colonie de vers marins S. roscoffensis. La méthodologie du design du module Roscosmoe fait partie de la recherche UMBOT::MG du collectif d’artistes Postgravityart et est basée sur les modèles de la science frugale et de l’open source et est mise en œuvre par une équipe pluridisciplinaire composée de scientifiques, d'artistes, de designers et de chercheurs en sciences humaines.


Plus d’informations sur le Symsagittifera roscoffensis :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Symsagittifera_roscoffensis

Fédération – Open Space Makers

http://www.federation-openspacemakers.com/ Wikipedia Symsagittifera roscoffensis L'espèce Symsagittifera roscoffensis, dont le nom vernaculaire est le ver de Roscoff, est un ver plat marin appartenant à l'ordre des acoeles. L'origine et la nature de la couleur verte de ce ver ont éveillé très tôt la curiosité des zoologistes. Elle est due au partenariat entre l'animal et des micro-algues de la lignée verte, l'espèce Tetraselmis convolutae, hébergées sous son épiderme. C'est l'activité photosynthétique de l'algue in hospite qui fournit l'essentiel des apports nutritifs du ver. Ce partenariat est appelé photosymbiose, de photo "lumière" et symbiose "qui vit avec". Ces animaux marins photosynthétiques vivent en colonies (jusqu'à plusieurs millions d'individus) sur la zone de balancement des marées.